© 2019 par Parc naturel Haute-Sûre Forêt d'Anlier. Créé avec Wix.com

Protéger la loutre

1. Dérésinements et restauration de fonds de vallée

 

Déboisement des épicéas et restauration des fonds de vallées humides

Les fonds de vallée, et le milieu rivière en général, subissent de nombreuses pressions agricole, forestière, domestique ou industrielle. La loutre subit de manière indirecte la diminution de la qualité de l'eau et la perte de biodiversité observée dans et aux abords des rivières.

Un exemple concret : les massifs d'épicéas plantés en bordure des cours d'eau. Ils offrent peu d'abris pour la loutre, mais ont aussi un impact négatif sur la productivité piscicole des cours d'eau.

Par ailleurs, les épicéas plantés dans des anciennes prairies de fauche humides, entraînent une perte de diversité de la flore et de la faune : la disparition d'une fleur typique des prairies humides comme la renouée bistorte entraîne avec elle la disparition du Cuivré de la bistorte, un papillon dont le cycle de vie est intimement lié à cette fleur.

La restauration des fonds de vallée s'est concrétisée par le déboisement par la mise à blanc de 50 ha de résineux appartenant à des propriétaires privés. Ces derniers ont reçu les revenus de la vente des bois ainsi qu'une indemnité pour compenser la coupe anticipée des arbres. C'est par une convention signée sur base volontaire que les propriétaires se sont engagés à ne pas replanter de résineux durant 30 ans ; ils peuvent par contre planter des feuillus d'essences locales adaptées (aulne glutineux, frêne, érable,...).

La présence d'une végétation diversifiée sur les berges et sur les terres à proximité des cours d'eau est un élément clé pour la loutre. Elle utilise en effet un grand nombre de gîtes différents : gîte diurne où l'animal passe sa journée, gîte de mise bas et d'élevage des jeunes (appelé catiche) ou encore gîte de repos au milieu d'une nuit de chasse.

2. Restauration de la Ripisylve

 

Ripisylve !? Voici un mot bien particulier ! Qu'est-ce que c'est ?

On appelle ripisylve les arbres qui bordent un cours d'eau. Ils jouent des rôles multiples.

Par leurs racines, ils offrent des caches qui seront utilisées par les poissons, renforcent les berges et les protègent contre l'érosion.

De nombreux arbres ont été replantés en ripisylve dans le cadre du projet Life loutre afin de restaurer son habitat et d'augmenter la quantité de poisson dans la rivière (plus de caches = plus de poissons).

Ce mustélidé a en effet l'habitude d'installer l'entrée son terrier (catiche) sous les racines d'un gros arbre avec un accès direct à la rivière. La loutre a également besoin de trouver des caches lorsqu'elle se déplace. Elle affectionne particulièrement les massifs de saules et de prunelliers.

Plus d'information sur le site www.loutres.eu

 

3. Gestion des espèces exotiques invasives

 

Améliorer l'habitat de la loutre, c'est avant tout préserver la végétation indigène qu'elle utilise comme abri (ronciers, massifs de saules, buissons d'épineux, roselières, ...), ainsi que les structures qui lui servent de cache : terriers, cavités rocheuses, tas de bois,... mais c'est aussi éviter la colonisation par des plantes exotiques invasives ; la gestion réalisée concerne la berce du Caucase, la balsamine de l'Himalaya et le solidage.

 

4. Réserves naturelles, havres de paix et catiches

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now